L’avenir a une belle énergie, parole de l’entrepreneuse congolaise Vouala Obambi

F SDG goals icons individual cmyk 05 F SDG goals icons individual cmyk 07 F SDG goals icons individual cmyk 09

08.03.2021. L’entrepreneuse congolaise Vouala Obambi, Directrice générale de ENERGAZ (société du groupe SAPRO) a une vision d’avenir : mener le changement. En tant que seule femme dirigeante d’une société de production d’électricité en République du Congo et la plus jeune en Afrique, Madame Obambi participe à un appel d’offre pour l’exploitation de la centrale hydroélectrique de Liouesso.

barrage de Liouesso 2

Situé dans le département de la Sangha, dans le Nord de la République du Congo, le barrage de Liouesso a une puissance de 19,8 mégawatts (MW), débitée par trois turbines. Il s'agit du troisième barrage hydroélectrique du Congo construit avec l'appui de la coopération chinoise, après ceux de Moukoukoulou (74 MW) et d'Imboulou (120 MW).

Avec ce projet, la capacité énergétique du Congo est passée de 89 MW en 2000 à plus de 590 MW actuellement. Ce barrage est bien-entendu accompagné d’un réseau de distribution de l’énergie.

barrage de Liouesso 1

La République du Congo est couverte à 65 % de forêts. Son réseau hydrographique est très dense avec une pluviométrie abondante allant de 1600 à 2000 mm3/an, ce qui lui confère un fort potentiel hydro électrique estimé à 4000MW. D’après le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le taux de desserte en électricité des populations est pourtant encore faible, notamment en milieu rural, 15%, ce qui explique sa forte dépense en bois énergie, 90% pour la satisfaction des besoins énergétiques des ménages.

 

fr LIOUESSO OUESSO NGOMBE

Pour INTERHOLCO, dont le site de production IFO est également situé dans la Sangha, un projet d’électrification à partir du barrage de Liouesso représenterait un tournant majeur. Un réseau de raccord relie déjà le barrage à la ville de Ouesso (en bleu, dans l'image ci-dessus), tandis que IFO travaille de façon étroite avec la direction de la Sangha afin que l'électricité parvienne à être distribuée dans la localité de Ngombé (en jaune, dans l'image ci-dessus). IFO pourrait dès lors s’approvisionner en énergie propre, tout en réduisant ses émissions de CO2. L’utilisation d’une énergie renouvelable dans le cadre de l’activité durable d’IFO incluant la protection à long terme de sa concession forestière et de son développement industriel serait une avancée importante dans la lutte contre le changement climatique.

 

barrage de Liouesso 3

La gestion responsable de la forêt passe, elle aussi, par l’eau et l’énergie. Mais la forêt, véritable capital naturel du Congo, ne sera pas l’unique gagnante. La fourniture permanente de l’électricité permettra également une éclosion du capital humain.

En cette Journée Internationale de la femme, nous avons le plaisir de vous présenter la vision d’avenir de Madame Obambi.

INTERHOLCO : Madame Obambi, comment ENERGAZ compte-t-elle augmenter la capacité de production d'électricité au Congo par le barrage de Liouesso ?

Vouala OBAMBI : Il s’agira dans un premier temps pour ENERGAZ de réhabiliter la centrale hydroélectrique de Liouesso. Pour des raisons principalement liées à des difficultés techniques, la centrale fonctionne actuellement en sous régime. Par conséquent, moins d’un tiers de la puissance installée y est produite. La réhabilitation de la centrale permettra de mieux exploiter les capacités de production de celle-ci pour pouvoir atteindre une puissance de près de 20 MW. Il s’agira dans un deuxième temps de construire de nouvelles lignes électriques dont certaines seront connectées au principal boulevard énergétique du pays afin de pouvoir transporter plus d’électricité vers des zones qui en sont dépourvues.

INTERHOLCO : En tant qu’entrepreneuse, quelle impulsion souhaitez-vous donner aux activités socio-économiques du Congo ? Quel est le rôle des femmes à cet égard ?

Vouala OBAMBI : Au niveau socio-économique, le rôle des femmes devrait être le même que celui des hommes. Pourtant la réalité est toute autre dans la majorité des pays du monde et encore plus dans un pays en développement comme la République du Congo. Les choses évoluent bien, heureusement ! Étant la seule femme dirigeante d’une société de production d’électricité au Congo et la plus jeune en Afrique je souhaite que cette représentation à elle seule renforcée par les accomplissements de ma société ENERGAZ soit déjà synonyme de changement des mentalités. Le secteur de l’énergie n’appartient pas exclusivement aux hommes et j’espère aussi inspirer des vocations. Les femmes y ont bel et bien leur place et un rôle important à y jouer jusqu’aux plus hautes fonctions. La diversité en entreprise est une richesse et un atout. Pour l’encourager il faut que les lois, l’économie mais aussi la société permettent aux femmes de carrière de pouvoir tenir leurs rôles dans la pluralité qui les définit en société comme dans l’entreprise. Au Congo Brazzaville il n’est plus impossible de l’être, mais il est encore extrêmement difficile d’être dirigeante, épouse et mère dans des conditions idéales, sans préjudices causés. La question ne se pose pas en ce qui concerne les hommes dirigeants, époux et pères de famille.

INTERHOLCO : Madame Obambi, pourquoi le barrage de Liouesso est une aubaine pour la région ?

Vouala OBAMBI : Avant de venir m’installer au Congo Brazzaville, j’ai vécu pendant plus de 30 ans en Europe et travaillé pendant 10 ans à Londres sans jamais connaître une seule coupure d’électricité. Au Congo, l’accès à l’électricité reste si limité que les coupures y sont multiples au quotidien et que les zones où l’électricité est encore inaccessible très nombreuses. L’accès à l’énergie (en Europe, en Afrique et partout ailleurs) est pourtant un besoin fondamental pour tous et un outil indispensable au bon fonctionnement des entreprises, usines, etc. L’électrification est source de création d’emplois, d’accès à la modernité, d’accès à une meilleure santé en allant d’une meilleure conservation des aliments jusqu’aux équipements hospitaliers. Pour ce qui est de l’impact sur les entreprises, l’électrification permet une plus grande productivité pour répondre à la demande locale, régionale, mondiale mais surtout de rester compétitives.

 

 

A propos d'Interholco

INTERHOLCO propose du ‘BOIS DURABLE MADE IN AFRICA’ comme solution écocitoyenne et biosourcée se traduisant par un bilan carbone positif et cherche à favoriser de meilleures conditions de vie, à réduire l’impact du changement climatique et à participer à l’amélioration de la justice sociale.

Depuis sa création INTERHOLCO producteur certifié FSC et acteur commercial spécialisé dans la mise à disposition et commercialisation de grumes, de bois débités, de bois lamellés-collés et d’autres produits transformés gère avec précaution la chaîne d’approvisionnement depuis la forêt jusqu’aux clients.

En République du Congo, INTERHOLCO protège 1.1 million d’hectares de forêt naturelle d’une conversion en terre agricole et procède à une récolte sélective des arbres à impact réduit.

Son activité raisonnée permet l’accès aux 16 000 habitants de la région à des services de vie de qualité ainsi que la protection de l’habitat de milliers de gorilles et éléphants. 

 

Contact média Interholco

Tullia Baldassarri Höger von Högersthal
INTERHOLCO AG, Schutzengelstr. 36, 6340 Baar, Switzerland
Tel.: +41 (0)41 767 03 82 
E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Rapport de durabilité 2020

INTERHOLCO Rapport de durabilité 2020

Gardons contact

Inscrivez-vous via notre service d'abonnement électronique gratuit pour recevoir des notifications.

Suivez-nous

 

 

Notre apport aux ODD des Nations Unies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société, permettant l'utilisation de données relatives à un même utilisateur, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services adaptés à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.
En savoir plus paramétrer